user_mobilelogo

Programme du GRAPH Méditerranée 2014

Unité et/ou Pluralité - 2014

programme graph mediterranee 2014

 

Comment réaliser l’unité dans la pluralité ? Est-ce une nécessité ? L’hôpital peut-il associer les pluralités culturelles, professionnelles et économiques afin de proposer une prise en charge de qualité égale à l’ensemble des patients, tout en adaptant ses réponses aux différentes situations rencontrées sur un territoire lui-aussi pluriel ?
Intitulé « Unité et/ou Pluralité », le séminaire 2014 du Graph Méditerranée a rassemblé des personnalités politiques, des universitaires, des dirigeants d’entreprises et des directeurs d’hôpital afin d’éclairer, de manière à la fois conceptuelle et pratique, ces questionnements.

Poussée des pluralités et unité sociale

Unité, pluralité et lien social

Grand Témoin du Graph Méditerranée 2014, Roselyne BACHELOT, ancienne Ministre de la santé et des sports, a ouvert le séminaire par une réflexion autour de l’Unité et de la Pluralité au regard des formes que revêt le lien social au cours de l’histoire, soulignant les changements de paradigme à l’œuvre dans les sociétés contemporaines. La lutte des classes et le militantisme reculant progressivement, ils se voient remplacer par d’autres formes de luttes au sein d’un corps social, qui, même unifié en apparence par le développement d’une classe moyenne en réalité très hétérogène, connait des divisions profondes. Avec l’augmentation de l’espérance de vie, la modification des cycles de vie et des âges d’entrée dans la vie active, le défi du financement des retraites, le chantier de la dépendance, la lutte des âges pourrait succéder à la lutte des classes.

Montée des pluralités et recherche de l’unité sociale

Penser la relation entre unité et pluralité invite à questionner « le Je et le Nous » dans leur subsidiarité ou leur complémentarité. La poussée des pluralités déstabilise-t-elle l’unité sociale ? Mickaël LABBE, philosophe à l’Université de Strasbourg, indique qu’on souligne aujourd’hui l’évidence de la pluralité dans les cultures, les modes de vie et les parcours. Dans un mouvement parallèle, le monde s’homogénéise et s’uniformise par la diffusion des pratiques et objets culturels. Citant Hannah ARENDT et Claude LEVI-STRAUSS, Mickaël LABBE rappelle que la disparition de la pluralité des peuples appauvrit le sens du monde.
Cette tension entre unité et pluralité irrigue également toute l’histoire de l’art, comme a pu le rappeler Jean-Jacques ROMATET, Directeur général de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille.

Y aurait-il une unité destructrice et une pluralité libératrice ? Quel serait le point d’équilibre ? – pour reprendre l’interrogation de Franck FISCHBACH, Doyen de la Faculté de philosophie de Strasbourg. Ne faut-il pas plutôt accorder les pluralités ?

 

Accorder les pluralités dans une réponse unifiante

Pluralité des territoires et Unité de l’État : quel équilibre ?

À travers son intervention, Olivier VERAN, Député de la première circonscription de l’Isère, a exposé la recherche, difficile, de l’équilibre entre la pluralité des territoires et l’unité de l’Etat. S’appuyant sur la réforme territoriale actuellement âprement discutée, il montre dans quelle mesure une réforme des régions semble nécessaire pour une meilleure gestion administrative et économique.
Pourtant, le rapprochement et la disparition de certaines régions illustrent les divergences exprimées par les pluralités et l’effort nécessaire pour apporter une réponse unifiante mais respectueuse des singularités.

La fusion de trois universités : l’association des particularités peut-elle créer l’unité ?

La recherche de l’unité dans l’association des pluralités était également le thème d’une conférence du Pr. Yvon BERLAND, Président d’Aix-Marseille Université, entité issue de la fusion de trois structures1. Le Professeur Berland a présenté cette fusion comme la création d’un ensemble pluriel dont les modalités ont dû être travaillées tout au long du projet afin de permettre à des entités séparées, dans deux villes à la rivalité historique, de retrouver une forme de cohérence dans le cadre d’un projet commun. Un long processus, associant universitaires, élus, représentants de l’administration, a été nécessaire pour définir et mettre en œuvre le projet, construire une identité commune, harmoniser la pluralité originelle des traitements des personnels.
Au-delà de son aspect universitaire, la fusion a nécessité et donc permis un renforcement de l’offre de transports entre les sites, et donc d’inscrire cette fusion dans les programmes d’urbanisme des deux villes.

Unité et pluralité dans une multinationale

Christian BONNARD, directeur du magasin Ikea® de Villiers-sur-Marne a présenté le lien entre unité et pluralité au sein de la multinationale suédoise. La clé du succès d’Ikea® résiderait dans l’uniformisation des meubles produits visant à améliorer le quotidien et le confort du plus grand nombre.
Mais à cette unité des objets conçus, fabriqués, et vendus, répond un management laissant place à la pluralité. Si, là encore, les outils de reporting sont unifiés, les modes de management - au-delà des valeurs affichées et pouvant être qualifiées d’« universelles » (exemplarité, simplicité, bienveillance, adaptation) - apparaissent comme pluriels.
En termes de management, l’objectif n’est donc pas de mener un effort d’uniformisation, mais permettre le développement des individualités et des potentiels, dans un souci d’innovation.
Pour appuyer et objectiver cette démarche, un index du climat social est réalisé chaque année, inspiré de la grille de mesure du leadership de Blake et Mouton2.
L’objectif ? Que chaque manager prenne conscience de qui il est (« my management ») et de l’environnement mouvant dans lequel il évolue afin de fédérer les collaborateurs, de susciter une vision partagée et d’accroitre l’attractivité de l’entreprise.

Ces différents retours d’expériences révèlent la nécessité d’un management de la pluralité éclairé, dans lequel le leadership joue un rôle déterminant. Ils sont également autant d’invitations pour le manager hospitalier à se resituer dans son environnement professionnel et dans son individualité afin de mieux saisir la multitude qu’il tente de fédérer dans un souci de qualité de la prise en charge du patient et de management durable d’équipes plurielles.

Les impératifs du manager hospitalier dans son environnement : rechercher l’unité à travers la pluralité des champs d’intervention sur un territoire

Sanitaire, ambulatoire, social et médico-social : unité du patient et pluralité des champs d’intervention

Pour le Professeur Jean-François MATTEI, ancien Ministre de la Santé et ancien Président de la Croix Rouge Française, une prise en charge de qualité des patients implique une nécessaire complémentarité entre l’ensemble des acteurs, en évitant les « appels d’air » entre les différents jalons du parcours de soins. Son expérience à la Croix-Rouge lui a permis de voir au quotidien les conséquences négatives d’une trop grande séparation entre les structures de prise en charge, en particulier pour les plus démunis, lorsque ces derniers sortent de l’hôpital. Sur le volet humanitaire, le Professeur MATTEI, en mission à Sumatra après le passage d’un tsunami, a pu constater la nécessité d’un suivi social et médico-social succédant à l’urgence, ce qui impose au préalable une meilleure connaissance de la pluralité des acteurs présents sur le territoire.

Les solutions résident dans la création de structures assurant un relais efficace à la sortie de l’hôpital. La prise en charge de la fin de vie, la médecine de ville, les maisons de santé pluriprofessionnelles, l’hospitalisation à domicile ou le secteur caritatif sont autant d’espaces institutionnels venant compléter l’action de l’hôpital pour donner au parcours patient toute sa cohérence.

Le territoire, échelon de coordination des acteurs

L’exemple fourni par Yvon BERLAND sur la fusion de trois universités et l’intervention d’Olivier VERAN, permettent de réfléchir sur la notion de territoire. Qu’il soit universitaire, administratif ou sanitaire, le territoire constitue l’échelon de coordination d’acteurs multiples aux cultures parfois différentes. Comment parvenir à construire une vision commune quand chacun manifeste sa différence ? Comment articuler diversité et unité sans tendre vers l’uniformité ? On ne peut s’empêcher ici de faire un parallèle entre GCS, CHT, GHT, d’une part, et regroupement des universités, voire des régions, d’autre part.
Sur un territoire donné, l’enjeu est de pouvoir prendre en charge une pluralité de patients et de pathologies tout en assurant une égalité de traitement et la continuité des soins. Or, des particularités géographiques et sociales existent et, si la tension est aussi forte aujourd’hui, c’est que la pluralité des territoires reflète de plus en plus les inégalités de la société. L’égalité des prises en charges suppose donc une exigence de solidarité nationale et une intervention renouvelée des différents acteurs pour assurer une certaine unité et homogénéité des territoires, notamment en matière sanitaire et sociale.
La réforme de notre système de santé ne peut être déconnectée de la réforme de l’organisation territoriale française, tant la santé est au cœur des préoccupations quotidiennes des citoyens et politiques locales. Les territoires doivent devenir le socle d’une organisation plus efficiente où la complémentarité des acteurs sera davantage recherchée que leur concurrence. L’hôpital a vocation à y occuper une place importante, en coopérant avec les autres structures et acteurs du secteur sanitaire, social et médico-social dans le cadre d’un parcours de soins coordonné.

Manager la pluralité

La recomposition de l’offre sur un territoire pertinent impliquant des coopérations voire des fusions – sur le volet universitaire, sanitaire, et dans d’autres services publics – doit aboutir à une réflexion sur le management à distance, en multi-sites, et ses outils, en même temps qu’une évolution du management interne.
Citée par Alain CABRAS, maître de conférences à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence, cette maxime de Pascal peut être reprise ici: « La multitude qui ne se réduit pas à l’unité est confusion ; l’unité qui ne dépend pas de la multitude est tyrannie ».

Pluralité des champs, uni(ci)té de la finalité : la qualité du service rendu

Cette analyse du management de la pluralité et de la recherche d’unité sur des territoires pluriels, dans des champs variés, a pour but l’amélioration de la qualité du service rendu, à l’étudiant (exemple d’Aix-Marseille Université), au patient (l’importance du parcours de soins coordonné), au client (exemple d’une multinationale), à l’administré (exemple de la réforme territoriale) et donc, in fine, au citoyen.

GRAPH Londres 2015

"Unité et Pluralité" - GRAPH Méditerrannée 2014